• La cause humanitaire

    Si vous ne pouvez pas entreprendre une chose
    Afin de préserver un peu d'humanité,
    Je vous demanderai, avec aménité,
    De penser à tous ceux qui servent cette cause.

    Avec affirmation, courage et compétence
    Ils mènent leur combat pour un présent meilleur,
    Etant sur le terrain, le chantre et l'éveilleur
    De notre conscience et de notre appétence.

    Suscitant l'intérêt qui sied à l'empathie,
    Dénonçant le massacre en sa réalité,
    L'indifférence obtuse et sa débilité,
    Ils tancent des pouvoirs toute l'impéritie.

    Ce "machin" rassemblant toutes les gouvernances,
    Au théâtre public exprime l'ordre vain.
    Sa lâche hypocrisie exportant son levain,
    Tait l'indicible horreur par trop de convenances.

    A différer l'action par souci d'ingérence,
    A rendre inopérants les votes par veto,
    C'est clore tout débat par un moderato,
    Alors qu'un staccato doit hurler son urgence.

    Que la colère dresse un front à la démence !
    Il faut éradiquer tous les états voyous.
    Quand usage et raison s'enlisent aux bayous,
    L'opprobre en est caduque et les mots sans semence.

    De bons samaritains font face à la souffrance.
    Sous les bombardements, créant des hôpitaux,
    Ils accordent leurs soins en gestes capitaux,
    Pour redonner l'espoir au Monde en déshérence.

    Il n'est de mal que l'insuffisance de l'écrit !
    Il n'est d'amoral que l'insouciance de l'esprit !

    En reconnaissance au mérite du médecin général des Armées Raphaël PITI

    Serge LAURENT


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :