• Le vagabond de la terre

    J’arrivais d’autre part, chassé par la bourrasque,
    Sans beaucoup de vigueur et l’hiver pour bientôt.
    J’avais la goutte au nez, le givre au paletot
    En forêt d’Iraty, joyau du pays basque.

    La montagne affichait de la neige à son casque.
    L'élan pyrénéen se fermait aussitôt
    Aux pas que je faisais. Ce n'est pas de sitôt
    Que la morte saison enlèverait son masque.

    Je sentais l'engelure accaparer mon sang.
    Les frimas se pressaient en un rush incessant
    Et mon doigt découvrait une ride au visage,

    Un sillon de sagesse ensemencé par l’âge,
    La marque d'un passé qu'il me faut dépasser
    Et pour y parvenir, aller sans me lasser.

    Serge LAURENT


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :