• On peut toujours rêver

    Pourriez-vous m'accorder, de vos yeux, demoiselle,
    Cet éclat étoilé entouré de velours,
    Ces veloutés profonds qui donnent aux atours
    Toute la volupté que l'amour démuselle. 

    Pourriez-vous me garder cette onde qui ruisselle,
    Ces frissons sous la peau d'un sang dont le détour
    Rosira votre lèvre et son tendre contour,
    Cette rouge émotion d'un cœur de jouvencelle. 

    J'aimerais retrouver ces sentes buissonnières,
    Ces chemins de jeunesse aux notes chansonnières,
    Tous ces rêves perdus, échappés, épandus. 

    Ils m'ont été volés, soustraits, jamais rendus
    Parce qu'ils étaient miens, si seuls, étant uniques,
    Si loin de ces esprits, tortueux et cyniques. 

    Parce qu'ils étaient bons, si hauts, si séléniques.
    Si peu dans la pratique illustrant les chroniques,
    Qu'il me fallait masquer leurs dons inattendus.

    Serge LAURENT

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :