• Je vis de ce silence, inconnu des heureux,
    Secret et sibyllin et parfois douloureux.
    Auteur de tant de bien et de complicité,
    Ce silence n'est plus dans notre intimité.
    Je vis de ces trésors que tu sais tant donner,
    De tous ces petits riens qui sont abandonnés ;
    Et nul ne peut saisir nos cœurs bouleversés,
    Quand nous sommes un instant en nos vies renversées.
    Je vis de cet amour que tu m'as enseigné,
    Mais avec quels mots pourrais-je te remercier ?
    Tous les jours de ma vie renaissent pour te plaire,
    Et, à défaut de mieux, oser te satisfaire.
    Je vis dans tout mon cœur tes pleurs et tes envies,
    Je vis de tout mon cœur, c'est pour ça que je vis ;
    Si vivre est de t'aimer, je ne sais que cela,
    Alors je vis de toi plus loin que l'au-delà.

    Delphine PISCIOTTA

    Recueil "La souffrance d'aimer"

    votre commentaire
  • Assieds-toi près de moi en ce paisible jour,
    Que je puisse t'offrir l'effluve de l'amour.
    Couché dans un écrin il te reste à l'ouvrir,
    À me faire un bisou et puis un beau sourire.
    Pour que rien ne s'évente, enlève avec douceur
    Le ruban qui détient le paquet et l'odeur,
    Délivre le flacon de sa vie prisonnière,
    Libère-le de l'ombre, offre-lui la lumière.
    Soulage les senteurs en ôtant le bouchon,
    Dépose sur ton doigt un éclat de lotion,
    Approche de ton cou la gouttelette d'eau,
    Pour la faire imprégner à l'odeur de ta peau.
    Je m'approche de toi et dépose un baiser,
    Où l'arôme lui-même s'est joliment posé.
    Je m'éloigne un instant pour que s'unissent en un
    La saveur de ta peau et celle du parfum.

    Delphine PISCIOTTA

    Recueil "La souffrance d'aimer"

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique